Sommaire
  • Comment calculer les charges locatives ?
  • Qu’est-ce qui est à la charge du propriétaire et du locataire ?
  • Quand faut-il réviser les charges locatives ?
Avec Kaliz
Découvrez notre gestion

Provisions sur charges : comment calculer les dépenses courantes liées à l’occupation du logement ?

Calculette charges
Fiscalité immobilière
3
minutes de lecture

Vous venez de signer un contrat de bail avec votre nouveau locataire ? Félicitations ! À partir de maintenant, celui-ci devra vous payer un loyer dans lequel devra figurer ce que l’on appelle les « charges locatives ». Ces charges correspondent tout simplement à l’utilisation faite du logement, et doivent faire l’objet d’un calcul savant de votre part. Mais comment réussir à déterminer objectivement ces charges, et éviter toute contestation de la part de votre locataire ? Le point sur toutes ces questions ci-dessous.

Comment calculer les charges locatives ?

Les taxes locatives ou « charges récupérables » par le propriétaire sont tout simplement des dépenses dues par le locataire, mais initialement payées par le propriétaire. C’est ce que l’on appelle les provisions sur charges, un principe réglementaire permettant de lisser le montant des charges locatives tout au long de l’année. Ces charges correspondent à un usage « normal » du logement par le locataire, strictement encadré par la loi grâce à une liste des charges locatives que l’on peut retrouver sur le site du service public. Sachez simplement que les charges récupérables correspondent le plus souvent à des dépenses liées à l’entretien de l’ascenseur, au chauffage collectif et à l’eau, aux parties communes, aux espaces extérieurs ainsi qu’aux taxes et redevances (notamment sur les ordures ménagères).

Une fois la nature des charges déterminées, vous devez effectuer le calcul des charges récupérables selon deux grands principes : le régime de calcul réel et forfaitaire :

  • Le calcul des charges locatives au réel s’applique lorsque, en tant que propriétaire bailleur, vous louez un logement vide. Vous prélevez alors auprès de votre locataire le montant « réel » des charges locatives tous les mois, en même temps que le loyer. Pour ce faire, il vous faudra idéalement calculer une provision sur charges en tenant compte des charges locatives de l’année passée.
  • Le calcul des charges locatives au forfait s’applique lorsque le logement est loué meublé ou en colocation. Dans ce cas, votre calcul se basera sur un montant fixe, qui aura fait l’objet d’un accord préalable entre vous et votre locataire au moment de la signature du bail de location.

Qu’est-ce qui est à la charge du propriétaire et du locataire ?

Nous l’avons vu : les charges locatives sont initialement à la charge du propriétaire, mais celui-ci obtient un remboursement des dépenses engagées via le locataire, dépenses répertoriées par les pouvoirs publics via une liste exhaustive. Ce faisant, il convient d’opérer une distinction entre charges récupérables et charges non récupérables :

  • Les charges récupérables par le propriétaire sont, par exemple, l’eau nécessaire au nettoyage des parties communes de l’immeuble.
  • Les charges non récupérables concernent, par exemple, l’électricité utilisée par le locataire dans le logement – en effet, chaque occupant est tenu de souscrire un abonnement auprès d’une entreprise distributrice.

Quand faut-il réviser les charges locatives ?

Les charges locatives, versées sous la forme d’une provision au propriétaire bailleur par le locataire, font l’objet d’une régularisation tous les ans en fonction des sommes réellement dues (opération généralement exécutée à la fin de l’année en cours, et au terme de l’arrêté des comptes en copropriété). Mais cette démarche n’intervient pas systématiquement : elle dépend avant tout de la nature des charges, réelles ou au forfait. Pour effectuer cette régularisation, vous devez comparer le montant réel des charges payées par vous-même au montant de la provision pour charges versée par votre locataire. Il vous revient ensuite d’adresser à votre correspondant un décompte, détaillant chaque type de charges :

  • Si vous constatez que votre locataire a payé un montant supérieur au montant réel des charges, alors vous devez lui verser l’excédent.
  • Si vous constatez que votre locataire a payé un montant inférieur au montant réel des charges, vous devez effectuer une régularisation, par le biais d’un rappel de charges. Cette opération correspond logiquement à la différence entre le montant versé et le montant réel des charges.

Bon à savoir : depuis l’entrée en vigueur de la loi ALUR du 27 mars 2014, le versement des charges locatives est dû aussi bien pour les locations vides, les locations du secteur social de type HLM que pour les locations meublées. Autrement dit : si vous avez signé un bail après cette date, le paiement des charges s’effectue obligatoirement par forfait, et votre locataire paye chaque mois une somme définitive, telle que définie dans le bail, au titre des charges locatives. Si vous réglez un montant de charges supérieur à la provision versée par le locataire, vous n’aurez pas la possibilité d’effectuer une régularisation auprès de lui.

August 5, 2022
Contactez un conseiller Kaliz
Nous vous appellerons dans les 24H
Homme avec plateau
Je suis ...
Merci pour ces informations, nous vous recontacterons dans les plus brefs délais
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Articles similaires
Principale préoccupation des tous les propriétaires, Kaliz vous conseille pour prévenir de ce risque et vous protéger.
Augmentation du loyer : conditions, date, calcul et démarches
Conditions, calcul, démarches, Kaliz vous explique pas à pas comment effectuer une augmentation de loyer pour vos investissements locatifs.
La régularisation des charges locatives : quelle procédure pour le propriétaire ?
Régularisation des charges locatives : tout ce qu'il faut savoir. Découvrez comment initier cette procédure auprès de votre locataire.
Comment calculer un loyer au prorata ? Définition, calcul
Vous êtes propriétaire et vous devez calculer un loyer au prorata pour l'un de vos locataires ? Pas de panique, on vous explique la marche à suivre.
Tout savoir sur le paiement de loyer
Paiement du loyer : échéance, moyen de paiement, recours en cas de retard, on vous donne toutes les infos pour bien gérer la perception des loyers de vos locataires.
Tout savoir sur l'appel de loyer
L'appel de loyer est un document fourni par les bailleurs à leurs locataires avant le paiement du loyer. Quelle est son utilité ? Que doit-il contenir ? On vous dit tout.
Paiement à échoir ou à terme échu : définition
Paiement à échoir et à terme échu ? Laquelle de ces 2 solutions est la plus avantageuse ? On vous dit tout sur ces deux modes de versement de loyer.
Estimateur de loyer
Estimateur de loyer : un outil en ligne gratuit pour connaître la valeur locative de son logement. Profitez d'une estimation de loyer avec Kaliz.
Résiliation bail location : quel préavis et règles respecter
Résiliation d'un bail de location : quel préavis à respecter, quelles règles pour le propriétaire ou le bailleur ? Kaliz fait le point pour vous.
Tout savoir sur la taxe foncière : définition, calcul et exonération
Propriétaire d’un bien immobilier ou d’un terrain ? Vous êtes redevable de la taxe foncière. Calculez votre taux et votre exonération éventuelle.
Louer en Pinel : 5 avantages et 5 inconvénients
Le dispositif Pinel permet la défiscalisation immobilière. Avant de vous lancer, découvrez les avantages et inconvénients de la location en Pinel.
Imposition d’une SCI à l’IR ou à l’IS : quelles différences ?
Une SCI peut être soumise à l’impôt sur le Revenu (IR) ou à l’impôt sur les Sociétés (IS). Découvrez les différences entre ces 2 régimes d’imposition.
Location nue, LMNP ou LMP : quelle imposition à la revente ?
Découvrez les règles d’imposition des plus-values immobilières applicables lors de la cession d’un bien loué en meublé LMNP, meublé LMP ou non meublé.
Qu'est-ce que le statut LMNP ? Et quels sont les changements en 2021 ?
Découvrez les secrets du statut Loueur Meublé Non Professionnel, sans doute un des statuts les plus avantageux pour l’investissement immobilier locatif.
Location loi Pinel : Conditions de ressources des locataires
Location en loi Pinel : conditions des ressources maximum à respecter

Kaliz Gestion SAS est un professionnel de l’immobilier titulaire de la carte professionnelle n°CPI 7501 2019 000 043 223 portant les mentions “Transaction sur Immeubles et fonds de commerce” et “Gestion Immobilière” délivrée par la CCI de Paris Île-de-France. Pour en savoir plus : société.com