Rentabilité locative brute et nette de mon bien, quelles différences ?

calcul rentabilité
Investissement locatif
6
minutes de lecture

L’investissement locatif permet de générer des revenus complémentaires, de constituer un patrimoine immobilier ou de préparer sa retraite. Il est généralement considéré comme un placement sûr. Mais comment être certain de faire un investissement locatif rentable ? Le calcul de la rentabilité locative peut être réalisée de plusieurs manières. Découvrez les différences entre la rentabilité brute et la rentabilité nette d’un bien en location.


Pourquoi calculer la rentabilité locative d’un investissement immobilier

L’investissement immobilier est généralement plus stable que les placements bancaires ou boursiers. En effet, la pierre est moins vulnérable à la conjoncture et aux aléas du marché. Dans de nombreux endroits, le prix de l’immobilier augmente naturellement avec le temps. Si vous achetez un bien immobilier, il a donc de forte chance de prendre de la valeur avec le temps. De plus, si vous le mettez en location, il vous rapporte un revenu mensuel complémentaire. 


Toutefois, de même qu’un livret avec un taux d’intérêts à 1% est moins intéressant qu’un livret à 5%, tous les investissements locatifs ne se valent pas. Pour mesurer la performance d’un placement immobilier, il faut calculer sa rentabilité locative. La rentabilité d’un bien immobilier est exprimée en pourcentage. Elle mesure le gain annuel réalisé par rapport au montant de l’investissement. Plus le rendement locatif est élevé, plus le placement vous rapporte chaque année.


Il existe différentes façons de calculer le rendement locatif d’un bien immobilier. On distingue notamment :

  • La rentabilité brute
  • La rentabilité nette
  • La rentabilité nette, nette d’impôts


La rentabilité locative brute, un bon début

Calculer la rentabilité brute est la façon la plus simple de mesurer le rendement locatif. Il s’agit de faire le rapport entre :

  • Les revenus fonciers annuels, c’est-à-dire les loyers perçus, et
  • Le montant de l’investissement initial, c’est-à-dire le prix d’achat du bien et tous les frais liés à l'acquisition (frais de notaire, frais bancaires, frais d’agence, diagnostics et expertises, travaux, etc.)


Prenons un exemple.
Vous achetez un appartement à 100 000 €, frais de notaire inclus. Vous payez également 3 000 € de frais d’agence, et 5 000 € de petits travaux de rafraichissement. Votre
investissement total s’élève donc à 108 000 €.
Vous louez ce logement pour 450 € par mois, soit 5 400 € de loyer par an.
Le
calcul du taux de rentabilité brute est donc : 5 400 / 108 000 x 100 = 5 %


Ce calcul simple est excellent en première approche globale. Toutefois, il ne prend pas en compte les dépenses régulières liées à l’opération, comme par exemple le remboursement d’un emprunt immobilier ou les frais de gestion du bien. Pour avoir une vision plus exacte du rendement réel de l’opération, il faut donc rentrer dans le détail et calculer la rentabilité nette.

La rentabilité nette, un indicateur précis et fiable

Pour le calcul du rendement locatif net, on doit donc prendre en compte les dépenses à la charge de l’investisseur. Il faut donc calculer les revenus fonciers “nets”, c’est-à-dire les loyers perçus desquels on déduit :

  • Les intérêts d’emprunt du crédit immobilier,
  • Les charges de copropriété non récupérables sur le locataire,
  • La taxe foncière,
  • Les frais de gestion locative,
  • Les dépenses d’entretien et de réparation (dégâts des eaux, chaudière...)
  • Le coût de l’assurance propriétaire non occupant,
  • Le coût d’une éventuelle assurance contre les loyers impayés,


Reprenons notre exemple.
Avec les 5 400 € de loyers annuels perçus, vous devez payer 1 400 € d’intérêts d’emprunt, 320 € de taxe foncière, 210 € de d’honoraires de gestion locative, 120 € de charges de copropriété, 70 € d’assurance PNO et 40 € de petits travaux, soit 2 160 € de charges au total. 
Le montant de l’
investissement initial est inchangé. 
Le
taux de rentabilité nette est de : (5 400 - 2 160) / 108 000 x 100 = 3 %


Il est clair que les charges du propriétaire ont un impact considérable sur la rentabilité d'un investissement. Il est donc capital de considérer l’ensemble des entrées et des sorties d’argent liées à une opération. La rentabilité nette donne une image plus juste du niveau de performance d’une opération locative.

La rentabilité nette nette d’impôt, l’indicateur ultime

Il reste un dernier paramètre à intégrer pour calculer un rendement vraiment exhaustif. Il s’agit des impôts. En effet, les revenus fonciers sont taxés de différentes façons en fonction de la situation de l’investisseur et du statut fiscal choisi. Ces impôts viennent encore amputer le rendement global de l’opération. En intégrant cette dépense au calcul précédent, on obtient la rentabilité nette nette d’impôt. C’est l’indicateur de rendement le plus précis et le plus complet possible.


Complétons notre exemple.
Vous déclarez vos revenus locatifs en micro-foncier en bénéficiant de l’abattement forfaitaire de 30 %, et vous êtes dans la tranche d’imposition à 30 %. Votre impôt foncier s’élève donc à : (5 400 – 30 %) x 30 % = 1 134 €.
La
rentabilité nette nette d’impôt est de : (5 400 - 2 160 - 1 134) / 108 000 x 100 = 1,95 %


Il faut toutefois noter que la prise en compte de l’impôt n’est pas forcément défavorable. En effet, en utilisant habilement les avantages fiscaux disponibles, il est possible de réaliser un déficit foncier. Dans ce cas, la rentabilité nette nette d’impôt sera meilleure que la rentabilité nette !

December 30, 2019
Contactez un conseiller Kaliz
Nous vous appellerons dans les 24H
Homme avec plateau
Je suis ...
Merci pour ces informations, nous vous recontacterons dans les plus brefs délais
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Articles similaires
Principale préoccupation des tous les propriétaires, Kaliz vous conseille pour prévenir de ce risque et vous protéger.
Comment payer son loyer par prélèvement automatique ?
Payer son loyer par prélèvement automatique : pour réduire les risques de retards de paiement, d'oublis ou d'impayés. Démarches pour le mettre en place.
Comment financer efficacement le mobilier d’un appartement locatif ?
Vous souhaitez meubler l’appartement dédié à la location que vous venez d’acheter ? Découvrez les solutions financières qui existent.
Guide sur les chaudières
Vous souhaitez installer une chaudière chez vous ? Voici notre guide pour choisir le modèle le plus adapté !
Guide du propriétaire: Tout pour réussir son investissement locatif
L'investissement locatif séduit toujours les français car il est sûr et rentable. Mais il faut néanmoins travailler en bonne intelligence et être vigilant aux subtilités. Découvrez le Guide du propriétaire
Quel est le montant d’apport minimum pour un investissement locatif ?
Vous souhaitez investir dans l’immobilier dans le cadre d’un projet d’investissement locatif ? Découvrez nos conseils dans cet article
Projet immobilier : comment obtenir sa capacité d’emprunt ?
Vous avez un projet immobilier en tête ? La première chose à faire est de calculer votre capacité. On vous explique comment faire.
Plafonnement des loyers à Paris depuis le 01 juillet 2020
Les loyers à Paris sont plafonnés depuis 2019. De nouveaux barèmes applicables à partir du 1er juillet 2020 ont été publiés par arrêté préfectoral.
Investissement locatif: 5 raisons de confier la gestion de votre bien à un professionnel
Profitez sereinement de votre investissement immobilier en confiant sa gestion locative à un professionnel. Découvrez les formules de gestion possibles.
Le meilleur statut juridique en 2022 pour mon projet locatif
Le choix du statut juridique impacte la réussite et la rentabilité de votre investissement locatif. Découvrez comment choisir le meilleur statut juridique.

Kaliz Gestion SAS est un professionnel de l’immobilier titulaire de la carte professionnelle n°CPI 7501 2019 000 043 223 portant les mentions “Transaction sur Immeubles et fonds de commerce” et “Gestion Immobilière” délivrée par la CCI de Paris Île-de-France. Pour en savoir plus : société.com